dimanche 31 janvier 2016

Chantal Tronquit Ballester, d'Aix à Agadir



De Cézanne et sa Provence...


Buste de Cézanne


Je me souviens de Chantal quand nous nous croisions aux réunions de famille. Tout ce que je savais d'elle alors, c'est que c'était une belle jeune femme, et qu'elle venait de se marier à un brillant avocat. Et c'est à peu près tout.
C'était il y a quelques années. 
Un jour on m'a dit qu'elle sculptait, qu'elle avait même un certain succès, puis elle a quitté Aix pour vivre à Agadir au Maroc.

Ce n'est que bien plus tard que j'ai retrouvé cette cousine à travers une page sur un réseau social. J'y ai trouvé son histoire, du moins celle de son oeuvre, en Provence d'abord où elle avait orné sans que je le sache à l'époque certains des plus beaux monuments de la région, puis à l'étranger où elle a réalisé pendant vingt ans des expositions publiques collectives ou privées, des oeuvres monumentales comme le buste de Cézanne ou Dali, ou encore de petites pièces telles que des trophées, des bustes, des bas-relief, des médailles...

... à l'argile d'Agadir.

Depuis quelques années résidente au Maroc, l'artiste Chantal Tronquit et son talent se sont enrichis, comme la Beauté d'une femme s'ennoblit avec la maturité.

Son art, à son image, est passé du stade de la jeune femme en fleur, gracieuse et menue, émouvante dans sa pureté, à cette oeuvre épanouie avec ses formes pleines et sensuelles qui nous parlent de la vraie Vie avec ses douleurs et ses fêlures mais aussi son humanité et sa force généreuse.

Peintures et sculptures se juxtaposent désormais dans un récit humaniste chargé d'influences mêlées, provençales pour certaines, orientales pour d'autres mais toujours tintées de ses origines Gadiries, avec toujours ce foisonnement de couleurs chaudes et généreuses comme le soleil et l'amour de la terre qui sont leur dénominateur commun.


“Mes œuvres sont quelque part marquées par le séisme" 

«Je suis artiste, et mes premières sculptures, mes premiers modelages viennent de l'argile de l'oued Tildi, car je suis née dans le quartier de Yachech. J'ai eu une enfance très heureuse. J'étais peut-être un peu sauvage parce que j'aimais marcher pieds nus dans l'oued avec des enfants du quartier. Mais j'ai été très marquée par mon enfance à Agadir et en particulier à Yachech, le Robinson (la guinguette) et les gens qui vivaient à Agadir.

Je me souviens encore qu'il y avait une marbrerie qui se trouvait juste à côté de la maison. C'est pour cela que le marbre m'intéresse beaucoup et que je l'utilise pour mes sculptures.

J'ai perdu ma grand-mère et mon oncle paternel lors du tremblement de terre d'Agadir. Ce fut pour moi un grand malheur.Et pendant des années, j'ai pensé à ça et à tous les gens qui sont morts, toutes les anecdotes... J'étais très jeune, mais ça m'a tellement marquée que j'en ai gardé beaucoup de souvenirs : ma tante maternelle, qui était enceinte, a été ensevelie sous les décombres. On a pu la sauver, mais toute ma famille et tout le monde à Agadir ont subi le choc du tremblement de terre. C'était terrible.

Donc, tout ça m'a beaucoup influencée. D'ailleurs,mes œuvres sont quelque part marquées par le tremblement de terre d'Agadir. J'ai même donné le nom d'Abysses à quelques-unes de mes sculptures...

Je suis partie en France,mais pour moi la terre, l'odeur de la terre, les couleurs du Maroc et surtout de l'oued, les hommes bleus et tout ça a toujours été pour moi une source d'inspiration. Et c'est pour cela que je suis vraiment très contente d'avoir eu l'occasion d'exposer dans ma ville natale avec mon ami Abdallah Aourik». 

Liberation 29-02-2012





Le Gardien ( bois pigments feuilles d'or et d'argent) Créé en 2010 pour l'exposition à Agadir avec Aourik




Chantal Tronquit, l’Alchimie des formes 

"Chantal Tronquit a exploré pour elle même la chaîne complète qui des doigts du sculpteur pétrissant la forme s’achève avec la patine qui personnalise chaque fonte, il est rare en effet de rencontrer un sculpteur qui apprenne à devenir son propre fondeur et qui caresse les finitions de ses œuvres, découvrant au passage le monde infini des patines, seconde peau du métal sculpté, celle qui est unique et qui évolue comme matière vivante.

Ce faisant elle a approché l'alchimiste et les férus d'alchimie se sont approchés d'elle, lui conseillant le meilleur des vieux grimoires. "Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas", dit la table d'Emeraude si souvent citée. Mais l'Hermès ajoute ce que l'on oublie aussi assez souvent: "pour que se perpétuent les miracles de la chose une". Ainsi sont multiples les uniques formes de Chantal Tronquit."
 Article de Alanzen di GENOVA (Professeur d’Art et auteur de nombreux ouvrages sur la peinture)



"Osmose" - Bronze patiné - Collection particulière

Une étoile est née



"Petit chemin" Huile et pigments sur toile - 2008 - Collection Particulière.




"Les feux de la Saint Jean" - Huile et pigment sur toile - Collection particulière.




"Al andaluz"



Femme berbère - huile et pigments sur toile ...2015



Autres articles la concernant :
http://www.agadir1960.com/forum/viewtopic.php?t=542



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire