mercredi 23 mai 2018

Véronique Denis Kavalkas, iconographe


Veronique Kavlakas Denis, iconographe



«L'iconographe travaille dans le silence, dans la solitude et la prière, son unique but est de transmettre une image sacrée qui s'enracine dans la théologie et la spiritualité."




Quand elle n’était qu’une petite fille Veronique Kavlakas Denis dessinait. Qui a dit quelle ne devrait pas ? Ne pourrait pas ? Car aujourd’hui cette artiste contrariée prouve que son talent était reel.



Comme une revanche sur la vie qu’elle voulait se construire, l’artiste retourne au plus profond de ses racines et la reprend à zéro, comme une renaissance.



D’origine grecque, Veronique Kavlakas Denis a toujours admiré les jolies icônes quelle découvrait dans les églises orthodoxes de son enfance. Au fil des années, l’artiste qui sommeillait en elle s’est révélée jusqu’à aujourd’hui où sa foi religieuse et sa passion de l’art conjuguées en font une iconographe accomplie.



C’est un travail minutieux qui convient parfaitement à la personnalité rigoureuse et précise de Veronique Kavlakas Denis. Travailleuse acharnée, elle étudie sans relâche les principes et la technique de cet art divin afin de toucher au plus près l’essence même de son message.



Rien dans ce qu’elle délivre n’est laissé au hasard, car tout y a un sens d’une immense profondeur ! Que l’on soit croyant ou athée on ne peut qu’être touché par le désir de vérité de son oeuvre. Car c'est toute son âme qui est mise à nu dans ces figures sacrées. Pas seulement parce qu’elles représentent la bible et qu’elle l’a étudiée, mais comme en résilience.



Telle Jeanne d'arc sacrifiée sur le bûcher de la bêtise humaine, Veronique Kavlakas Denis renaît de ses cendres et nous livre un mystérieux secret… l’amour y est omniprésent et la beauté intemporelle aussi.

Biographie


Originaire de l’ile grecque de Rhôdes située dans le dodécanèse, île de la 7ème merveille du monde, le colosse, des chevaliers sur le chemin de Jérusalem et de l’acropole de Lindos, mes pas et ma curiosité d’enfant m’ont amenés à pousser la porte de belles églises grecques et de m’émerveiller devant la multitude de ces images que j’identifierai plus tard comme étant des icônes… ​Je me souviens que certaines de ces images étaient présentées à ces personnes qui fréquentaient les églises, icônes vénérées, icônes qui représentaient pour moi un mystère...

La vocation

Formée par une iconographe, restauratrice et enseignante, elle-même d’origine grecque, ancienne élève des beaux-arts et consacrée par l’église orthodoxe, l’écriture de l'icône allait être une révélation pour moi. Elle m’a permis de découvrir les techniques d’écritures byzantines de l’Icône Grecque, sa spiritualité, des symboles à la compréhension des couleurs de vêtements. J’ai décidé de créer mon propre atelier pour me rapprocher de ces merveilleuses icônes des églises de Lardos et de Lindos, au sud de l'île, deux villages, mes racines... terre de mes ancêtres..."









Frederic Bograt, le culte de la perfection


Frédéric Bograt "Le Culte de la perfection"
Frederic Bograt, le culte de la perfection





Au Salon du mariage 2017, sur la Riviera, j'ai rencontré le photographe niçois Frédéric Bograt.
Dans un coin de la grande salle, une simple table, un projecteur, et ... sur un tréteau, une photographie représentant elle-même une chaise sous ce même projecteur.... C'est une invitation au voyage, un rêve, et il est là, à notre portée.
Comme un diamant brut, l'art de Frédéric Bograt resplendit sous les feux d'un éclairage de cinéma. Délicatement enveloppé dans un papier de soie, lui-même présenté dans un coffret précieux, sous la forme d'une photographie.
Mais pas n'importe laquelle...
Une photographie que l'on n'oubliera jamais. Pour plus tard. Pour les autres. Pour soi. Pour toujours... A l'occasion d'un grand évènement ou sans raison particulière, pour la magie.
L'amour de la photographie c'est de son grand père qu'il en a hérité, une histoire de passion familiale, de transmission.... et de nombreuses années d'apprentissage, de pratique chez les plus grands, à l'international, de rencontres... 
Sa perception humaniste de "l'autre", en l'apprivoisant, en fait rejaillir toutes ses particularités dans ce qu'elles ont de plus subtil.
C'est ce qui en fait un incroyable portraitiste...
Entre portrait intime , portrait d'apparat, psychologique ou portrait de groupe, l'artiste décline également en différents thèmes ses oeuvres comme autant de styles picturaux. Clair obscur, studio éphémère, en éclairage Boom Light, la lumière des stars, à la George Hurrell ou pour une séance publicitaire, les clichés sont déclinables à l'infini ...
De la photo reportage à la photo d'art intemporelle, sa photo reste immortelle et le témoin d'une vie.

Frédéric Bograt allie sa passion du beau à une connaissance parfaite des ingrédients les plus somptueux jusqu'à l'excellence. En véritable puriste, l'artiste nous emporte dans un monde d'une perfection troublante ou la beauté nous éclabousse et nous laisse sans voix.



Jerome Sommier le globe trotter

Jérôme Sommier le globe trotter


Au fil de son adolescence dans la région
parisienne, Jérôme a découvert avec un intérêt
croissant l'urbanisation, les gratte-ciels et les grandes artères...
et son univers a basculé a jamais. 

Un vocation est née... 
Partager, témoigner à propos de ces villes denses et en perpétuelle évolution. 
Puis son monde s'est agrandi agrandi agrandi... jusqu'à la terre entière. 
Avec une candeur et un enthousiasme communicatifs, le photographe Jérôme Sommier nous raconte des histoires. 
Elles ont toutes le souci du détail, de la couleur, qui correspond exactement à la sensation de ce moment fort, cet instant volé, unique, d'un événement, une émotion, une rencontre....
Au fil du temps, l'artiste s'inspire également de plus en plus de l'Humain. Au cours de ses pérégrinations, dans de nombreux pays, il ne peut s'empêcher de capter chaque instant pour mieux témoigner, rapporter à propos de ces êtres humains, de leur environnement...  
Souvent mises en scène dans la rue, lors de rencontres imprévues, ses photographies ont l'authenticité d'un reportage et à la fois l'émotion d'un partage presque intime. En douceur et sur la pointe des pieds il recueille des secrets et nous les livre avec ferveur.
Porte-parole d'une époque, sans tricher, sans juger, il immortalise ces tranches de vies par la photographie.  
Puis il les restitue avec sa vision personnelle. A mi-chemin entre le dessin, la photographie et la peinture, au gré de ses envies, avec à la fois l'innocence et la grâce touchante d'un enfant qui vous offre un présent et la sagesse d'un homme mûr qui a beaucoup vécu...
L'artiste s'exprime :
"Né dans la région parisienne en 1967, voir cette forte mutation d’urbanisme étant enfant, il m’a semblé important de garder en mémoire ces changements pour ne pas oublier ces quartiers, ces villes, ces paysages évoluer, c’est pour cela que, dès ces jours, je tenais à immortaliser la vie, même en mouvement.
Cela a pu être rendu possible à partir de mon adolescence, où j’ai pu commencer à capter ces moments de vie et de les isoler dans le temps.
Depuis 1987, à évoluer dans un milieu de communication, où se mêlent textes et images, mes divers reportages photographiques n’ont fait qu’entretenir cet attrait pour la photo, une véritable immersion au sein du vécu.
Depuis 2012, j’ai décidé d’explorer un nouveau mode de photo qui me permettrait de donner à ces paysages un mouvement plus dynamique et plus vivant. L’idée d’apporter de la vie supplémentaire, à mi-chemin entre la photo et la peinture.
Néanmoins, je reste fidèle à l’authenticité de la vie, en gardant l’humain en action et dans l’émotion, maîtriser l’instinct de l’instant."












mardi 9 janvier 2018

Betty Wittwe, ou la magie des couleurs


"Betty, ou la magie des couleurs"



Nul doute que Betty Wittwe dont le prénom nous rappelle le fameux cartoon Betty Boop des années 60 était née pour nous faire rêver. Comme elle, Betty a cet air mutin et malicieux du monde de l'enfance qui nous séduit immédiatement.

Il est étrange de voir avec quelle facilité nous nous laissons entraîner dans son univers poétique à la Lewis Carroll. Comme "Alice au pays des merveilles" un de ses personnages phares, elle nous guide d'un tableau à un autre dans une course folle vers le trou d'Alice et ses découvertes merveilleuses.

Entre féerie et réalité artistique
"Mes tableaux sont un peu aussi le reflet de notre quotidien qu'il soit réel ou enchanté"

Sa peinture a la grâce intemporelle des Botticelli, la naïveté du douanier Rousseau et le décalage fantastique d'un Jérôme Bosch. Dans sa fantaisie picturale, elle relève le défi de représenter une série d'oeuvres de peintres célèbres de tous horizons et de différentes périodes en un patchwork habile et plein de malice. Tout y est. De Wermeer à Van Gogh ou de Gaughin à Seurat, Nicky de Saint Phalle, Botero, Dali, Klimt... tous mélés a des personnages emblématiques issus du cinéma ou de la bande dessinée. Comme ce bel hommage aux peintres du XXème siècle inspiré due la grande Jatte de Seurat." comme de petits parcours une promenade dans l'histoire de l'art, et à travers les courants artistiques.

Ajoutez une pincée de modernité, un zeste d'humour et de la beauté sans modération, et vous obtenez le remède magique pour le bonheur de l'alchimiste Betty Wittwe.

Dans son monde enchanté, la pluie devient gaie, les paysages enchantés, les personnages d'une beauté pure et innocente et le monde est meilleur. En véritable magicienne elle nous ensorcelle et nous offre ses bouquets dans des jardins d'Eden aux couleurs extraordinaires.

Car comment définir les couleurs de Betty ? On ne peut pas. Il faut juste les ressentir. Elles ne sont pas seulement tendres ni vraiment pastels, douces, éclatantes, intenses, ou acidulées... C'est bien plus que cela. Les couleurs de Betty sont en fait un parfait équilibre de tout cela à la fois, créant une délicieuse harmonie visuelle.

C'est avec une générosité sans égal que Betty Wittwe nous ouvre sa porte d'Alice et son coeur, à travers son oeuvre universelle, intemporelle et prolifique. Et c'est ce qui fait la richesse de son talent.

Biographie

Artiste lorraine de la banlieue de Metz, née en 1959, Betty est une artiste précoce, de ceux dont la vocation est venue naturellement, comme une évidence. 

L'amour des couleurs elle, le tient de son oncle, qui lui enseigne toutes leurs subtilités quand elle est enfant. Douée, elle s'inscrit rapidement au concours d'entrée des Arts Appliqués de Metz. Sa carrière démarre immédiatement à l'âge de 17 ans, où elle peint meubles, fresques et illustrations. 

Sa première galerie "Chercheurs d'Art" elle l'a ouverte toute jeune, rue de la chèvre à Metz où elle reste une vingtaine d'années. 

Et puis il y a aussi eu la période américaine, grâce à une exposition à la chambre des métiers pour la promotion des jeunes artistes lorrains aux Etats Unis en 1997. 
C'est là qu'elle rencontre Ange Bova qui lui propose d'exposer dans sa galerie à Manhattan. L'aventure américaine dure une dizaine d'années.

Depuis Betty multiplie les projets en France et à l'étranger, à Eze, où elle a une exposition permanente, près de chez elle, où elle transmet son art à de jeunes talents et jusqu'en chine où on l'admire. Elle s'investit également dans des actions ponctuelles pour une région, une cause... Car en plus d 'être une artiste de talent c'est une belle personne.

Quelques dates 

Etudes
Ecole Supérieure d’arts de Metz 1977-1980

Prix
Salines royales de Dieuze
Artmonty Metz
Minerva
Expo Femme Femme à Nancy
1er prix de l’illustration de la petite enfance Metz Editions Serpenoise
Médaille d’argent au salon de Vittel Juillet 2008
Grand prix des artistes lorrains 2008

Expositions permanentes
Royale Gallery à New York depuis 2006
La Gallery à Eze depuis 2010

Expositions permanentes précédentes
Galerie de Provence à New York depuis 1998
La Gallery à Saint Paul de Vence depuis 2000
Le Fleuron à Honfleur depuis 2002
Chercheur D’Art à Metz depuis 1988

Salons
Salon des artistes français au Grand Palais à Paris
2008 Sm’Art à Aix en Provence
2008 Salon d’art contemporain de Valbonne
2008 Salon De Nancy
2009 Grand marché d’art contemporain de Paris-Bastille avril et octobre

Quelques thèmes

Hommage aux artistes peintres du XXeme siècle : "Art Club Gallery" rue de Rivoli à Paris


Ajouter une légende


La série des "Alice" ...





Les paysages de la French Riviera - "Fine art gallery" à Eze








Quelques personnages de contes de fées











jeudi 30 novembre 2017

Michel Rabanelly, peintre pictophage, dit "Raba"





Michel Rabanelly, peintre pictophage dit "Raba"


Sa première oeuvre c'est la baie de Nice qui lui a apportée presque sur un plateau. Sur la plage, l'enfant récupérait les galets lisses. Mais c'étaient des yeux égyptiens qu'il y dessinait. Ses premières oeuvres vendues ce furent ces galets et sa première muse, l'Afrique, qu'il a pourtant si peu connue. 
"J'ai toujours été connecté à l'Afrique d'une manière ou d'une autre". Est-ce lié à son grand-père qui y construisait des ponts ? 
En fait toute sa vie a été marquée par cette influence et le fait osciller entre cette terre où il est né et Nice qui l'a accueilli.

A propos de lui-même, Michel Rabanelly, n'est pas très éloquent. C'est un homme authentique, pragmatique même, qui ne cherche pas à se mettre en avant. Quand on le voit pour la première fois on est surpris par sa simplicité, avec un mélange de délicatesse et de courtoisie, dans sa manière d'être.

Pas besoin de prouver, pas besoin de gloire, ni de lumière, quand on rayonne déjà !

A nous donc de chercher à imaginer qui est véritablement Raba, reconstituer la personnalité de l'homme, ses désirs d'artiste, ses messages...

Issu d'une famille aux origines à la fois françaises, espagnoles et pied noir, il a probablement ce culte de la famille et des valeurs patriarcales qu'on y inculque de génération en génération. Les hommes sont fiers protecteurs et épicuriens à la fois. Ils enseignent à leurs enfants l'amour de la vie, de la fête. Tout comme le sens de l'amitié.

Creusant le refoulement de leurs émotions dans la pudeur ou les transcendant dans l'expression artistique, certains, comme Raba, y trouvent une véritable place.

"Transmettre, oui. C'est le fil directeur. Partager, être le relais... Et puis prendre le temps...." C'est ainsi qu'il voit son art. 




Le monde selon Raba

" le peintre est un ogre, dévore tout, transfigure la réalité et devient pictophage". 

C'est ainsi qu'il définit sa vision de l'art. 
Il est surprenant de voir à quel point Raba peut être paradoxal dans ses oeuvres.

Est ce lié à son désir d'exploration, à sa culture ou à sa personnalité profonde ? C'est l'art protéiforme qui l'intéresse et l'appelle.

Raba, joue avec les thèmes comme un enfant décide à un moment de jouer avec ses vieux legos puis subitement les délaisse pour son ordinateur.

Dans son univers ludique et joyeux, il représente nos héros favoris, tous ces mythes qui n'ont pas d'âge : de Buggs Bunny à Maitre Yoda en passant par les comics des années 60, Hello Kitty, Mickey, Felix le chat, les teletubbies... des images moyen-âgeuses aux symboles qu'il soient francs-maçons ou de toute autre nature.

Jonglant avec les personnages, les couleurs et les mots, son oeuvre inclassable, post moderne, issue de l'art conceptuel s'inscrit également dans la mouvance des artistes libres de l'école de Nice.

C'est la partie la plus mystérieuse de sa personnalité, gentiment provocatrice, avec un humour caustique, une sorte de naïve perversité propre aux enfants.

L'artiste traverse sans faillir le monde tendre et innocent de l'enfance pour atteindre celui plus sombre et plus corrosif des adultes, mêlant parfois les deux pour mieux nous dérouter. De la lumière à la force obscure, Raba, nous emmène dans un lieu intemporel où l'irréel s'imbrique avec le monde réel.

Artiste multi-talent il jongle avec les genres et les métiers avec une insatiable curiosité et traverse la vie avec une variété de découvertes jamais totalement assouvies. En fait c'est un electron libre, tout simplement.

Amoureux de l'image avant toute chose, il aime faire des montages, la travailler, la déformer, la colorier, constituant un patchwork de plusieurs éléments informatifs. Associant des personnages clefs dessinés ou reproduits au pochoir à des notions symboliques à messages.
La lecture y est toujours à plusieurs niveaux, qu'elle soit écrite ou dessinée.

C'est ainsi qu'il se téléporte d'un monde à un autre.


De l'illustrateur au graphiste, du peintre au sculpteur, du dessin au lettrisme, il explore aussi le monde de la presse, comme celui de la publicité avec la même aisance.
De l'artiste peintre à l'éditeur, c'est cette impression de facilité dans l'apparente simplicité de Michel Rabanelly qui en définitive séduit et rassure.

Homme de la terre il puise son inspiration dans des valeurs profondément ancrées en lui : ses racines et l'amour de sa famille.












Biographie

Michel Rabanelly dit "Raba" est né le 24 avril 1957 à Rabat au Maroc. De nationalité française, il vit à Nice depuis son plus jeune age. Peintre, illustrateur et graphiste, il est également reconnu dans le milieu de la publicité et de l'édition.

Déjà très créatif enfant, c'est très naturellement qu'en 1975 à 1980 il intègre "l'Ecole Nationale des arts décoratifs" à La Villa Arson de Nice.

Au département communication, il fait une thèse sur le tatouage.

Puis il travaille comme pigiste en tant qu'illustrateur.

Finalement , il part à la rencontre des grands éditeurs sur Paris et se retrouve rapidement à travailler avec Michel Guire Vaka, illustrateur renommé qui lui permet de faire son premier dessin pour le magazine "Le Monde" . Propulsé grâce à cette illustration, il commence une carrière dans la presse féminine (Vogue, Marie Claire...), économique (l'Expansion, le Point...) comme pigiste, puis dans la publicité jusqu'en 1996.

Reconnu pour ses illustrations dans le milieu de la presse et de la publicité (Le Monde, Cosmopolitan, Biba, 20ans, L'Expansion, la FNAC, Castorama, Nestlé, Kronenbourg, les Champagnes Pommery, Le Printemps, Carrefour, Conforama, Leclerc, le Salon Nautique de Paris, la Ville de Paris / la Société des Bains de Mer à Monaco, Renault, France Télécom...), ce "fils de pub", très inspiré par les images populaires, s'oriente vers la peinture dès 1996 et crée parallèlement, une œuvre atypique et inclassable.

A cette époque il est sérigraphe et possède un grand atelier à Paris. Proche du Street Art, il y rencontre beaucoup d'artistes dans les salons professionnels et réalise même une série de toiles avec Monsieur Chat.
En 1989, il crée les éditions Michel Rabanelly et édite des artistes issus de l'art Brut et de l'art contemporain (Joel Ducorroy, Michel Macreau , Ody Saban, Paella Chimicos, reconnus dans le monde de la Sérigraphie et surtout Speedy Graphito).

Michel Rabanelly se consacre à la peinture depuis 20 ans, mais c'est également un photographe, céramiste, graveur, lithographe, et il écrit.

Grand témoin de notre époque, il tisse une oeuvre à la fois entre culture pop et art graphique, issue de la culture GEEK et du zapping.






Dernière Exposition : CRAIT & MULLER
ART URBAIN : Graffiti & Street Art + Génération Bataclan
le 20 novembre 2017 - Drouot Richelieu - rue Drouot 75009 Paris